Ustaza à Paris

L'Agenda culturel arabe – باريس عاصمة العروبة

Ustaza rencontre…Serge Akl, directeur de l’Office du Tourisme du Liban à Paris

La culture arabe à Paris ce ne sont pas seulement les artistes, mais également les organisateurs, personnalités passionnées qui travaillent d’arrache-pied pour vous offrir dans les meilleures conditions les artistes qu’ils aiment. Ustaza a décidé de vous faire découvrir l’envers du décor et de partir à la rencontre de ces femmes et hommes de l’ombre. Premier épisode : Serge Akl, Directeur de l’Office de Tourisme du Liban à Paris.

Pour commencer, un Office du Tourisme qui a fait de l’animation culturelle l’un des axes principaux de son activité, ce n’est pas très banal…

Pour moi les deux sont liés ; promouvoir une image positive du Liban passe à la fois par la communication « traditionnelle » sur le tourisme, mais également par la promotion du secteur culturel et artistique. Dans ce cadre, nous apportons un soutien aux projets culturels et aux organisations pour mettre en valeur les talents du Liban en France, dans toutes leurs déclinaisons.

Ainsi, nous mettons en avant à la fois les atouts touristiques classiques (la montagne, la mer, les sites archéologiques) et les atouts humains, qui peuvent susciter un tourisme culturel au Liban, notamment chez les 20-45 ans.

Ce travail « d’amener le Liban en France pour amener la France au Liban » est d’autant plus important que le contexte géopolitique national et régional peut susciter des appréhensions de la part des personnes qui ne sont pas très familières avec la région.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Comment se traduit ce soutien à l’animation culturelle libanaise à Paris ? 

En plus des événements que nous organisons à l’Office (expositions et dédicaces de livres principalement), notre activité culturelle se construit autour de trois axes :

Tout d’abord, il y a le cinéma : depuis 10 ans désormais le Liban bénéficie d’une représentation officielle au Marché du Film du Festival de Cannes à travers l’Office du Tourisme et la Fondation Liban Cinéma. Nous nous attachons à communiquer autour du cinéma libanais en France, ainsi qu’à promouvoir le Liban comme terre de tournage. Les temps forts de ces dernières années ont notamment été la promotion de « Maintenant on va où ? » de Nadine Labaki, de « Je veux voir » de Khalil Joreige et Joana Hadji-Thomas ou encore du « Prophète » de Salma Hayek. Signe de l’importance pour le cinéma libanais d’une présence à Cannes, cette initiative bénéficie à la fois du soutien de notre Ministère du Tourisme que de celui de la Culture.

Pour en savoir plus : le site de « A 35mm de Beyrouth« .

Ensuite, il y a la photographie : l’exposition de photographes libanais à l’Office ou dans des galeries françaises est une des constantes de notre activité culturelle depuis le début. Notre soutien à la photographie libanaise s’est néanmoins particulièrement développée ces dernières années grâce à notre collaboration avec le festival Photomed France, rendez-vous incontournable qui se déroule chaque année à Sanary-sur-Mer (Var) ; en plus d’avoir mis le Liban à l’honneur lors de l’édition 2013, nous avons contribué à la création de Photomed Liban, festival qui s’est tenu pour la première fois en janvier 2014 à Beyrouth et qui sera dorénavant un rendez-vous annuel. Il s’agit d’une véritable passerelle entre le Liban et la France, qui s’inscrit dans la logique plus large d’un échange typiquement méditerranéen.

En plus de présenter au public libanais et arabe les expositions les plus marquantes de Photomed, nous mettrons en valeur lors de la prochaine édition à Beyrouth en janvier 2015 des collections patrimoniales locales (notamment les archives de la Bibliothèque Orientale de l’USJ, ou du Ministère du Tourisme). Dans le cadre de notre partenariat avec l’Institut français, le lauréat de chaque édition de Photomed Liban sera exposé à Sanary-sur-Mer, inscrivant la présence de la photographie libanaise de manière pérenne en France.

Pour en savoir plus : le site de Photomed France.

Le cinéma, la photographie…et la musique donc.

Nous soutenons également l’industrie libanaise de la musique rock, dans toutes ses variantes. Au Liban comme ailleurs, le rock est chanté en anglais, ce qui facilite l’export de nos groupes nationaux à l’étranger, et notamment en Europe. La scène rock au Liban est en plein essor depuis une vingtaine d’années, mais malgré cela peu de choses sont faites sur place pour aider à la soutenir et à la développer. Elle est pourtant un monde en plein devenir, qui n’a pas peur d’expérimenter et de profiter des expériences de chacun sous de nouvelles formes ; c’est un milieu généreux très perméable dont le résultat artistique est à mon sens très intéressant et peut attirer un public international.

C’est ainsi que depuis 2007 l’Office soutient des concerts d’artistes libanais en France et en Europe (avec notamment la série des « Lebanese Independents » organisées au Klub et à L’Internationale en 2009, ou encore le concert de Mashrou’ Leila à la Cigale en 2012 souvenirs souvenirs…ndU). Cette activité de soutien s’est professionnalisée avec la création de « Rising Beirut », concept que nous avons développé en collaboration avec Corida, organisateur de spectacles et producteur de concerts associé aux salles mythiques parisiennes que sont la Boule Noire et la Cigale. L’idée est ici de mettre en valeur à chaque édition un groupe libanais et un groupe français (ce que nous avons fait l’année dernière), ou deux groupes libanais. Ainsi, l’édition du 31 octobre prochain (voir le billet sur l’événement) met à l’affiche « Scrambled Eggs », groupe iconique du rock au Liban et « Who Killed Bruce Lee », qui vient de signer un contrat pour enregistrer son prochain album aux Redbull Studios à Paris.

« Rising Beirut » est donc une nouvelle façon de s’associer à un grand nom de la musique en France avec un réseau professionnel important, pour présenter les talents du Liban à la presse, au grand public et aux professionnels de l’industrie afin de créer des opportunités de diffusion et de production en France et en Europe. Ce concept novateur a vocation a devenir un événement bi-annuel, en automne donc et au printemps. Preuve de sa pertinence dans une action plus globale de promotion du Liban en France, l’édition 2014 de « Rising Beirut » est soutenue pour la première fois par un partenaire du secteur privé libanais : BankMed.

Pour en savoir plus : la page Facebook de « Rising Beirut #2« .

QUAP Serge Akl

Crédits photos Festival de Cannes et Beirut Art Fair : Tony Hage / Office du Tourisme du Liban.

Propos recueillis par Coline Houssais.

Publicités

2 commentaires sur “Ustaza rencontre…Serge Akl, directeur de l’Office du Tourisme du Liban à Paris

  1. DANIEL
    13 mai 2015

    Monsieur le Directeur,
    Je suis le Père Guy DANIEL et je vous remercie pour vos courriers. J’étais domicilié à Notre Dame du Liban, rue d’Ulm 75005 PARIS, mais depuis je suis à MARSEILLE. Aussi je vous demanderai de ne plus m’envoyer vos courriers, du fait de mon changement.
    Merci d’avance. Veuillez agréer, Monsieur le Directeur mes salutations distinguées.
    Père Guy DANIEL

    • Ustaza à Paris
      9 juin 2015

      Bonjour mon père,

      Vous pouvez vous désinscrire en cliquant sur l’onglet prévu à cet effet qui se trouve sur la droite de la page.

      Cordialement,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 28 octobre 2014 par dans Interview, Magazine, Sonar, et est taguée , , , , , , , .
%d blogueurs aiment cette page :