Ustaza à Paris

L'Agenda culturel arabe – باريس عاصمة العروبة

Avignon by Ustaza III : Algérie d’ici et d’ailleurs

Entre dramaturges, auteurs, metteurs en scène et comédien(ne)s, l’Algérie est assurément une terre de théâtre : un théâtre résolument contemporain en prise aux enjeux du monde d’aujourd’hui, comme le démontre une fois de plus la sélection ci-dessous.

ali bougheraba odysssée moustache– « L’Odyssée de la Moustache » (13h30 – Théâtre du Chêne Noir – du 6 au 28 juillet – tarif 8€/15€/22€ – 1h20) : Après le succès d' »Ali au Pays des Merveilles », Ali Bougheraba revient avec un nouveau conte urbain, une saga irrésistible, un voyage onirique à la rencontre de ses ancêtres, des personnages mythiques de l’enfance, mais aussi des préjugés et des qu’en-dira-t-on. En répondant aux questions de sa fille, il nous offre une passerelle entre des monde, un joli prétexte pour parler de lui, de vous, de nous. Compagnie : Agence de Spectacles / Interprète, texte et mise en scène : Ali Bougheraba.

yasmina khadra hirondelles kaboul– « Les hirondelles de Kaboul » (13h50 – Théâtre Alizé – du 8 au 26 juillet – tarif 10€/14€ – 1h20) : Dans les ruines brûlantes de la cité millénaire de Kaboul, la mort rode, un turban noir autour du crâne. ici une lapidation de femme, là un stade rempli pour des exécutions publiques. Les talibans veillent. La joie et le rire sont devenus suspects. Kaboul, que la folie guette, n’a plus d’autre histoire à offrir que des tragédies. Quel espoir est-il permis ? Le printemps des hirondelles semble bien loin encore…Compagnie : Compagnie Nomades / Texte : Yasmina Khadra / Interprètes : Jean-Louis Wacquiez, Charlotte Joliveau, Philippe Leroy / Mise en scène, adaptation et scénographie : Jean-Bernard Philippot.

end igné moustapha benodil– « End/Igné » (14h – La Manufacture – du 7 au 27 juillet – relâche le 17 juillet – tarif 7€/12€/17€ – 1h10) : « Affronter le feu plutôt que de vivre en enfer ». Moussa est l’unique préposé à la morgue de l’hôpital de Balbala. Il s’épanche avec cynisme et dérision sur les malheurs d’une jeunesse sans perspectives. Le jour où il reçoit le corps calciné de son ami Aziz, c’est à l’Algérie toute entière qu’il dédie son ironie rageuse, jusqu’à la fureur. « A travers ce texte, j’essaie d’aborder le sujet des immolations. Pour cela, j’ai fait le pari de l’intime, de l’humour, du cynisme, de la dérision et de la poésie » (M. Benodil). Compagnie : Compagnie El Ajouad / Interprète : Azeddine Benamara / Texte : Mustapha Benfodil / Mise en scène : Keireddine LardjamUstaza en avait déjà parlé à l’occasion de « Viva l’Algérie » à l’ICI.

le jour où ma mère a rencontré john wayne– « Le jour où ma mère a rencontré John Wayne » (16h20 – Présence Pasteur/Salle Marie Gérard – du 8 au 30 juillet – relâche les 17 et 24 juillet – tarif 5€/8€/12€ – 1h15) : « Tous les matins, ma mère me racontait ses rêves…ses récits étaient un savant mélange entre sa Kabylie natale et sa condition de femme de ménage, le tout servi par les acteurs américains du feuilleton qu’elle avait vu la veille à la télé. J’étais comme devant un écran de la Métro Goldwyn Meyer. Et ça me mettait en retard pour l’école ». C’est une véritable épopée dans laquelle nous embarque Rachid Bouali, construite comme un film où il multiplie zooms et travellings, bouscule les plans et croise les époques. En déroulant le petit monde de sa mère, il nous raconte avec humour, poésie et émotion une histoire aussi intime qu’universelle. Compagnie : Compagnie La Langue Pendue / Interprète et texte : Rachid Bouali / Mise en scène : Alain Mollot.

terre sainte mohamed kacimi– « Terre Sainte » (18h50 – Chapelle du Verbe Incarné – du 8 au 31 juillet – tarif 12€/18€ – à partir de 16 ans – 1h20) : C’est une ville en état de siège. Carmen a disparu à un check point ; sa fille Imen affronte les perquisitions d’Ian, le soldat. Alia, la sage-femme la réconforte tandis que Yad, le mari de celle-ci s’évade dans la chaleur des pistaches et l’ivresse de l’arak de Zahlé : autant d’échappatoires au bruit des fusillades, au ravage des incendies. Compagnie : Théâtre du Pasteur / Texte : Mohamed Kacimi / Interprètes : Sid Ahmed Agoumi, Pierre Bourel, Mireille Delcroix, Layla Metssitane / Metteur en scène : Armand Eloi. 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :