Ustaza à Paris

L'Agenda culturel arabe – باريس عاصمة العروبة

Festival des cinémas arabes VS. Festival du Film des Rives de la Méditerranée

Ce week-end, préparez vous à hésiter. A tergiverser. Puis à choisir judicieusement, et à faire des plannings insensés.

Pour les accros du cinéma arabe, c’est un peu le choc des titans : à ma gauche, le Festival des cinémas arabes de l’IMA. A ma droite, la 4e édition du Festival du Film des Rives de la Méditerranée organisé en partenariat avec le Maghreb des Films.

Chez Ustaza on n’est pas sectaires, du moment que la qualité et l’émotion sont au rendez-vous. Du coup, on vous a concocté un petit guide de survie pour passer de bons moments devant le grand écran sans vous soucier d’autre chose que de la fin du film ou du bruit que fera votre voisin(e) en mangeant ses pop-corns.

 

1) Kézako ?

festival cinémas arabesFestival des cinémas arabes (ex IMAG’IMA) : cette première édition confirme le tournant insufflé à l’Institut du monde arabe par son nouveau président Jack Lang. Co-organisé avec commNprod International, le festival présente une trentaine de films en tout genre marqués par les événements socio-politiques de ces deux dernières années dans le monde arabe. Les + : premières françaises et/ou mondiales, débats, tables-rondes et projections réservées aux enfants.

 Festival du Film des Rives de la Méditerranée : pour sa 4e édition, le festival donne la part belle au cinéma marocain avec une quinzaine de films récents, incluant les lauréats du festival de Tanger 2013.  Le cinéma marocain est aujourd’hui l’un des plus dynamiques des pays du sud méditerranéen, impulsé par une politique de production volontariste et ouverte, tant aux nouveaux talents, qu’au cinéma traditionnel. Depuis quelques années, ce nouveau cinéma marocain retrouve une place sur les écrans de nombreux pays et notamment en France. Les + : présentation de chaque film par un membre de l’équipe artistique, concerts.

 

2) Comment s’y rendre ?

Festival des cinémas arabes : les séances ont lieu à l’Institut du monde arabe, 1 rue des Fossés Saint Bernard (Ve). Plan.

Accès par les transports publics :

1. Par le métro ligne 7, station Sully-Morland.

2. Par le bus, lignes 24, 63, 86, 87  (arrêt Cardinal Lemoine), 63, 67, 86, 87, 89 (arrêt Institut du monde arabe)

Festival du Film des Rives de la Méditerranée : les séances ont lieu au Central de Puteaux, 136 rue de la République à Puteau (Hauts-de-Seine). Plan.

Accès par les transports publics : 

1. Par le RER A, descendre à La Défense – Grande Arche, prendre le bus 1741, direction Sain-Ouen jusqu’à Gallieni 
2. Par la ligne 1, arrêt esplanade de la Défense, , prendre le bus 1741, direction Sain-Ouen jusqu’à Gallieni 
3. Par le Tramway T1, Pont de Bezons-Porte de Versailles.

 

3) A quel prix sont les séances ?

Festival des cinémas arabes :

Plein tarif : 6 €

Tarif réduit * : 3,50 € 

Jeunes – 26 ans et demandeurs d’emploi/RSA : 2 €

Tarif spécial pendant la Fête du cinéma : 3,50 € du 30 juin au 3 juillet

PASS 5 séances : 15 €

 PASS GÉNÉRAL : 26 €

 Festival du Film des Rives de la Méditerranée :

1 séance : 6 €/film

3 séances : 5 €/film

6 séances ou plus : 4 €/film

4) Et le programme alors ?

Festival des cinémas arabes :

 Vendredi 28 juin à 19h30 :

Soirée d’ouverture
Winter of Discontent (Eshsheta-lli Fat) de Ibrahim El Batout
Egypte (2012) Couleur, DCP, 94’
Avec : Amr Waked, Farah Youssef, Salah Al Hanafy
Samedi 29 juin à 11h00 :
Winter of Discontent (Eshsheta-lli Fat) de Ibrahim El Batout
Egypte (2012) Couleur, DCP, 94’
Avec : Amr Waked, Farah Youssef, Salah Al Hanafy
Suivi d’un débat avec Ibrahim El Batout et Amr Waked
Débat ouvert au public
Samedi 29 juin à 16h00 :
Les Infiltrés (Al-Moutasalliloun) de Khaled Jarrar
Palestine/EAU/Liban (2012) Couleur, DCP, 70’
Samedi 29 juin à 17h15 :
– Porcelaine de Joanna Deeb
Liban (2012) Couleur, Blu-ray, 8’17
– Moments de Ebrahim Najem Al Rasbi
Emirats Arabes Unis (2012) Couleur Blu-ray, 7’15
Avec : Ibrahim Al Mansoori, Salem Matar, Murshed
– Fièvre familiale (Homma Aa’iliyya) de Amr Abdelhadi
Jordanie (2012) Couleur, Blu-ray, 13’
Avec : Mohammad Al Qabbani, Nadira Omran, Peeka Emna, Ben Rajab, Firas Taybeh
– Studio de Amjad Aboul Alaa
Soudan (2012) Noir & Blanc, Blu-ray, 8’
Avec : Alrachid Ahmad Issa
– Sans (Bidoon) de Mohammed Al Ibrahim
Qatar (2012) Couleur, Blu-Ray, 19’55
Avec : Abdulaziz Al Dorani, Rana Jubara
– Le Bon, le mauvais et le sadique (The good, the bad and the sadistic) de Ibrahim Ramadan
Syrie (2012) Couleur, DCP, 10’
Samedi 29 juin à 18h45 :
A portée de vue (Line of Sight) de Aseel Mansour
Jordanie (2012) Couleur, DCP, 84’
Avec : Nadya Odeh, Khaled Alghwairi
Samedi 29 juin à 20h30 :
Le Professeur de Mahmoud Ben Mahmoud
Tunisie (2012) Couleur, DCP, 92’
Avec : Ahmed Hafiene, Sondes Bel Hassen Ben Miled, Lobna Mlika
Dimanche 30 juin à 15h00 :
IMAG’IMAKID
Films pour enfants accompagnés de leurs parents
– Jeu (Lou’ba) de Saleh Nass
Bahrein (2012) Couleur, Blu-ray, 5’52
Avec : Omar Mahboob, Mohammed Al-Beiti, Shiva Yogeswaren, Abu Baker Kahtan, Abdullah Shafiq, Haider Islam, Youssof Ahmed, Mahmood
– Bobby de Mehdi M. Barsaoui
Tunisie (2013) Couleur, Blu-ray, 18’
– La Photo de mon grand-père (Souret Jeddi) de Wassim Geagea
Liban (2012) Couleur, Blu-ray, 12’37
Avec : Elie Hadchiti, Yousfie Geagea, Bechara Geagea, Kezhaya Kachane
– Rain de Rahab El Ewaly
Qatar (2012) Couleur, Blu-ray, 13’
– Jour Sourd de Rana Kazkaz et Anas Khalaf
Syrie (2012) Couleur, Béta numérique, 14’
Avec : Soulaf Fawakherji, Laith Tala
– Electrostatique de Sawsan Nourallah
Syrie (2012) Couleur, Blu-ray, 3’04
Dimanche 30 juin à 17h00 :
– Le Chien (Al Kalb) de Farès Cachoux
Syrie (2013) Couleur, Blu-ray, 20’
Avec : Bachar Moqayed, Fares Cachoux et Aliaa Khachouk
– Les Pieds sur terre de Amine Hattou
Algérie (2013) Couleur, Blu-ray, 8’43
Avec : Nassim Amar Khodja, Mehdi Benaissa…
– Ici Londres (Houna London) de Mohammed Rashed Buali
Bahrein (2012) Couleur, DCP, 16’40
Avec : Mubarak Khamis, Huda Sultan, Mohammad Jassim
– One Hand (Id wahde) de Wael Toubaji
Syrie (2013) couleur, Blu-ray, 3’09
– Coup d’œil de Fred Samir Nasr
Liban (2011) Couleur, Blu-ray, 15’30
Avec : Maya Ammar, Robert Aad, Jimmy Ged
– Le Tunnel de la mort (Death Tunnel) de Mohamed Harb
Palestine (2013) Couleur, Blu-ray, 6’04
Dimanche 30 juin à 19h00 :
Le Cri (As-Sarkha) de Khadija al-Salami
Yémen (2012) Couleur, DCP, 80’
Dimanche 30 juin à 21h00 :
Vaine tentative de définir l’amour de Hakim Belabbès
Maroc (2012) Couleur, DCP, 92’
Avec : Zineb Ennajem, Hamza Abderrazik, Mohammad Ouarrou
Lundi 1erjuillet à 11h00 :
Table ronde en collaboration avec EUROMED
Lundi 1er juillet à 18h30 :
– Gaza 36 mm de Khalil Almuzayen
Palestine (2012) Couleur, Blu-ray, 47’
– Maudit soit le Phosphate de Sami Tlili
Tunisie (2012) Couleur, Digibeta, 82’
Lundi 1er juillet à 21h00 :
Quand Monalisa sourit (Lamma Dehket Monalisa) de Fadi G. Haddad
Jordanie (2012) Couleur, DCP, 95’
Avec : Tahani Salim, Shady Khalaf, Haifa Al-Agha, Nadera Omran, Fuad Shomali, Haidar Kfouf, Suha Najjar
Mardi 2 juillet à 18h30 :
– Mon père ressemble à Abd el Nasser (Abi Youshbihou Abdelnasser) de Farah Kassem
Liban (2012) Couleur, Digibeta, 33’
Avec : Moustapha Kassem, Nandoni Ilindra Phillip, Farah Kassem
– A l’ombre d’un homme (In the Shadow of a man) de Hanan Abdalla
Egypte (2011) Couleur, Blu-ray, 64’
– Petites âmes (Tiny Souls) de Dina Naser
Jordanie (2013) Couleur, Blu-ray, 9’
Mardi 2 juillet à 20h30 :
Blind Intersections (Ossett Thawani) de Lara Saba
Liban (2012) Couleur, DCP, 92’
Avec : Chadi Haddad, Alaa Hammoud, Carol Hajj, Caroline Hatem
Mercredi 3 juillet à 19h30 :
Soirée de clôture
Femme écrite (Mawchouma) de Lahcen Zinoun
Maroc (2012) Couleur, DCP, 87’
Avec : Ismael Kanater, Fatym Layachi

Festival du Film des Rives de la Méditerranée : 

Jeudi 27 juin à 20h30
– La Cible (Al hadaf) de Mounir Abbar (21’)
Festival de Tanger 2013 : Grand Prix du court métrage
Tarik un jeune berbère du sud du Maroc, débarque un jour à Tanger, où il veut tenter sa chance, soit en trouvent un travail bien payé, soit trouver l’occasion de passer de l’autre côté du Détroit…

–  Zéro de Nour-Eddine LAKHMARI

Festival de Tanger 2013 : 4 prix dont « le » Grand Prix 
Amine Bertale, alias Zéro, est un petit flic qui passe son temps à recevoir des dépositions de plaignants, et à arpenter les rues de Casablanca avec Mimi, une jeune prostituée de 22 ans.
Son quotidien se résume en une perpétuelle confrontation et humiliation avec son père, handicapé et son supérieur, le commissaire dont il dépend.
Face à ce quotidien asphyxiant et alcoolisé, Zéro décide de tourner la page d’un passé hanté par la lâcheté, la peur et un complexe d’infériorité. Il se lance avec conviction à la recherche d’une jeune fille disparue au cœur d’un univers corrompu et fait aussi la rencontre d’une femme qui l’aide dans son chemin de rédemption.

Vendredi 28 juin à 13h
– Un Jour La Vie de Amine Oulmakki (106’)
La naissance d’un bébé marque le début de la vie d’une personne. L’enfance, l’adolescence et l’âge adulte sont représentés à travers un personnage hanté par la fatalité de la mort. La vie, déclin et ascension à la fois, se retrouve embarquée dans le cycle de l’éternel retour…

 Amal Hayati de Chaouki El Ofir (90’)

Après une rupture amoureuse avec Omar, Amal, jeune avocate, décide de quitter le Maroc et changer de vie, elle part aux États Unis pour suivre une formation de styliste, sa vraie vocation, contre le gré de sa famille.
Trois ans plus tard, Amal rentre et se lance dans la réalisation de ses projets personnels,
Omar resurgit dans sa vie et tente de raviver la flamme de leur amour perdu.

Vendredi 28 juin à 15h

– DIS-MOI MOHAMED de Ayoub Layoussifi (28’) 
L’histoire d’un homme qui vit de sa passion, le chant.
Malvoyant depuis toujours, Mohamed trouve refuge dans les chansons de raï de ‘‘Cheb Hasni’’. Son arrivée à Paris, il y a huit ans, ne lui a dénaturé ni son talent ni son envie de faire partager ses émotions à des inconnus.
Malgré sa situation clandestine, cet algérien, enivre chaque jour les passagers de la ligne deux du métro parisien.

– CHRONIQUE D’UNE COUR DE RECRE de Brahim Fritah (85’)
Brahim et sa famille, d’origine marocaine habitent dans une usine de construction de grues, dont le père est gardien. Chaque soir, après le départ du directeur et des derniers employés, Brahim et son frère Larbi, 13 ans aident leur père à faire le ménage dans les bureaux vides…

Vendredi 28 juin à 17h

– Concert de Mohamed Lamouri

– DANCE OF OUTLAWS (Femmes hors la loi) de Mohamed El Aboudi (85’)
Mention Spéciale au Festival de Tanger 2013
Hind, 22 ans, est la fille d’un dealer. Chassée de chez elle à 14 ans parce qu’elle a été violée, elle danse dans des mariages et se prostitue. Hind n’a pas d’existence officielle … Elle n’arrive pas à remettre la main sur son certificat de naissance et ne peut donc prétendre à aucun papier d’identité. Elle rêve pourtant d’un avenir meilleur : épouser son petit ami, retrouver la garde de ses enfants qu’elle a dû abandonner, trouver un travail et un vrai toit.

– ENTROPYA de Yassine Marco Marrocu (20’)
Un homme, une femme. Un plan séquence.
Après vingt ans d’histoire commune, un couple règle ses comptes le jour de son anniversaire de mariage.
Un film à l’ambiance intemporelle où jeu de miroir et illusion d’optique se succèdent et où l’entropie finale laisse présager mille et une chutes…

– HORS ZONE de Noureddine Douguena (100’)
Bahmad et Lbachir, deux vieillards à la rue délaissés par les leurs, se retrouvent obligés de chercher abris où ils peuvent. Dans une maison, puis une pension de famille plus chaleureuse…

Vendredi 28 juin à 21h

 – LA NUIT DE LA POSSESSION de Frank Carsenti (87’) _ Une nuit de transe dans une famille Gnawa à Essaouira au Maroc. 
Pour la première fois, tout le cérémonial musical et thérapeutique Gnawa est filmé, depuis l’achat des animaux, le sacrifice, la partie profane et ses danses, la partie sacrée qui convoque les esprits des Djin et des Mlouk aux sons des tambours, et les chants et le gembri qui guident la transe jusqu’au lever du soleil.
Avec Mahmoud Guinea, un des plus grands Maâlmin Gnawa du Maroc et se femme Malika la moqadma ; voyante et thérapeute.

– Concert de musique Gnaoua par le groupe Vous Jan
Avec le pianiste de jazz Ronnie Lynn Patterson
Descendants d’anciens esclaves issus de populations d’origine d’Afrique noire (Sénégal, Soudan, Ghana…), les Gnaouas s’organisent en confrérie à travers tout le Maroc. Plus qu’une musique, c’est un remède aux maux de l’âme.

Samedi 29 juin à 10h30
– Table ronde – palais de la Médiathèque (122 Rue de la République)
La création cinématographique au Maroc
En présence de Nourredine Saïl, directeur du Centre du Cinéma Marocain (CCM) (sous réserve), des réalisateurs. Les organisateurs de la manifestation, Gérard Vaugeois et Frank Cassenti, présentent le cinéma marocain.

Samedi 29 juin à 13h

– MARGELLE de Omar Mouldouira (29’)
A Boujaâd, bourgade marocaine ancestrale où mythes et légendes vont bon train, Karim, sept ans et fils unique de parents modestes, se débat avec ses peurs d’enfant et son désir pressant d’être un homme…

– TINGHIR JERUSALEM, LES ECHOS DE MELLAH de Kamal Hachkar (86’)
Festival de Tanger 2013 : Prix de la première œuvre
Kamal Hachkar a grandi dans l’idée que tous les berbères étaient musulmans. Mais à Tinghir, sa ville natale dans l’Atlas Marocain, les récits de ses grands-parents lui ont fait découvrir que d’autres berbères étaient juifs.
Dans de nombreux villages, juifs et musulmans vécurent ensemble. Pourtant, au début des années 60, malgré plus de 2000 ans d’histoire commune, tous ces juifs quittent l’Atlas jusqu’au dernier.
Kamal Hachkar pars alors à la rencontre de cette mémoire enfouie auprès de la génération qui a connu cette présence juive.

Samedi 29 juin à 15h

– FAUTES VOLONTAIRES de Abelillah Zirat (15’)
Un professeur de Lycée, lance un débat à propos de l’utilisation du langage du Tchat et du SMS sur une rédaction d’un des élèves. Le professeur est étonné par la réaction de ses camarades à ce sujet…

– MALAK de Abdeslam Kelai (97’)
Festival de Tanger 2013 : 3 prix dont le « Prix Spécial du Jury »
Malak, une jeune fille de 17 ans, découvre qu’elle est enceinte. Délaissée par le père de son enfant elle doit faire face seule à un entourage qui maltraite et marginalise celles qui sont dans sa condition de mère-célibataire.

Samedi 29 juin à 17h 

– A LA RECHERCHE DU MARI DE MA FEMME de Abdelraman TAZI (88’)
Un riche bijoutier de Fès, Hadj Benmoussa, polygame, semble gérer « harmonieusement » l’entente entre ses trois femmes jusqu’au jour où Houda, la 3ème épouse, jeune et belle, est répudiée pour la troisième fois.

 Palmarès et remise des prix

Cette année, le jury est composé de Aïcha Rédouane (chanteuse lyrique), Séphora Heyman (comédienne), Sylvain Piot (Réalisateur de documentaires), Alain Chène (Rédacteur en chef du magazine web « Regarde les hommes danser »), Giuseppe De Vecchi (réalisateur de documentaires).

– Concert de musique Gnaoua

Samedi 29 juin à 21h

– UN THE AU SAHARA de Bernardo Bertolucci (135’)
1947. En Afrique du Nord.
Un couple d’américains oisifs, Port et Kit, débarque à Tanger.
Après 10 ans de mariage, ils sont las l’un de l’autre. Port est compositeur mais n’a rien fait depuis un an. Kit, lasse de voyager, attend un miracle. Ils voyagent avec Tunner, un jeune homme qui s’est imposé et qui est amoureux de Kit.
Tous trois décident de partir vers le sud, mais Port, jaloux, réussit à se débarrasser de Tunner. Epuisé par des conditions de voyage difficiles, Port tombe malade et est atteint par la typhoïde.

5) Pour ceux qui veulent aller plus loin ?

Programme à télécharger.

Programme à télécharger.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :