Ustaza à Paris

L'Agenda culturel arabe – باريس عاصمة العروبة

Ustaza vous raconte… »Zawaya » de Hassan El Geretly

zawaya_1_Tamer_EISSA

( Rédaction d’Ustaza à Paris / Rasheed Jalloul) « Zawaya » ce sont les coins. Les coins de rue par exemple, ces espaces publics où paradoxalement on échappe au regard du quidam en y étant le plus exposé. Et comme au Caire il y a beaucoup de rues et deux fois plus de coins, cela fait beaucoup de choses à vivre et à raconter, à l’ombre des bâtiments alignés. Ainsi d’office le spectateur est averti : « Zawaya » promet de montrer une réalité différente de celle à laquelle il peut être trop souvent exposé.

Hassan El Geretly, figure majeure d’un théâtre égyptien à la fois moderne profondément ancré dans la tradition populaire a fait de la rue sa source d’inspiration. Mettant un instant de côté le travail remarquable qu’il livre avec sa compagnie El Warsha pour la mise en valeur des arts vivants de son pays (contes, danse, théâtre d’ombres et de marionnettes…), El Geretly nous offre ici une série de témoignages sur la révolution de janvier 2011, phénomène urbain si il en est. Le décor, volontairement dépouillé, réussit le tour de force de traduire l’atmosphère électrique du Caire.

A travers les témoignages de cinq profils « type » de la place Tahrir (une activiste, un supporter de football, un baltagia, une mère de martyr et un officier de l’armée), Hassan El Geretly dessine en filigrane la mémoire disparate d’une nation d’autant plus divisée que le discours officiel de la révolution a relégué au rang d’hérésie les opinions disparates. En effet, les armes tues et les dictateurs renverser, sur quelle vision du futur faut-il s’accorder ? Quelle note de départ trouver pour cette partition inconnue, improvisation insolite pour des musiciens menés depuis trop longtemps à la baguette par un  chef d’orchestre un peu trop musclé ?

En inscrivant des enjeux d’actualité brûlante dans la tradition pluri-séculaire du conte public, Geretly défend un théâtre citoyen et populaire plus que nécessaire aujourd’hui en Egypte. Plus encore, il pose par une approche intelligente les bases d’une meilleure compréhension de l’autre et, en accueillant les sensibilités et points de vue différents sans porter de jugement, promeut une plus grande tolérance, essentielle à la reconstruction du pays.

Ainsi s’achève en beauté le cycle « (D)rôles de printemps » du théâtre le Tarmac consacré aux réactions artistiques de l’après printemps arabe. Place au printemps parisien désormais, fait d’une multitude d’expositions, de spectacles, de concerts, de rencontres, à retrouver sur Ustaza à Paris bien évidemment ! 

« Zawaya », de Hassan El Geretly, au théâtre Le Tarmac, du 25 au 28 mars 2015. Informations et réservations ici

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 26 mars 2015 par dans critique, Magazine, et est taguée , , , .
%d blogueurs aiment cette page :