Ustaza à Paris

L'Agenda culturel arabe – باريس عاصمة العروبة

Argentine vs Bilad Ach-Cham, Melingo invite Nassaim Jalal et Adnan Joubran

MUSIQUE. DIMANCHE 12 OCTOBRE A 17H. LE TRIANON (XVIIIe). 21/26 €. Mais qui est Melingo ? 
L’incarnation argentine d’un Tom Waits ou d’un Nick Cave ? La voix fantasmée et gouailleuse des faubourgs de Buenos Aires ? Un tanguero vagabond à l’esprit rock épris de poésie et de liberté ? 
Sans doute un peu tout ça. Il est avant tout un artiste inclassable, contestataire et radical dont la musique réinvente pour nous un monde aux allures surréalistes. Figure mythique d’un paysage musical bousculé par les années de dictature, Melingo est un voyageur infatigable. Du Brésil de la fin des années 1970 à la movida espagnole où l’irrévérence devient un art de vivre, il finit par revenir à ses propres racines, à ce tango âpre et canaille où se mêlent l’argot des voyous début de siècle et la romance, le blues et les univers de Borges ou de García Lorca. Sur scène, il se fait comédien. De son chant rocailleux, Melingo nous raconte ses histoires, ses personnages un peu déglingués, mi- vagabonds, mi-brigands, une ambiance interlope où se croisent et se jaugent danseurs de milonga et petits marlous.

L’avis d’Ustaza : une bonne manière d’achever le week-end sur des notes bigarrées entre Amérique Latine et Bilad Ach-Cham…

De parents syriens, Nassaïm Jalal naît à Paris. Elle étudie la flûte traversière classique dès l’âge de 6 ans. À 17 ans elle découvre l’improvisation et quitte le conservatoire après l’obtention du CFEM. La même année, la fanfare funk Tarace Boulba l’entraine en tournée au Mali. À 19 ans, Naïssam quitte la France en quête de ses racines. Après plusieurs mois d’initiation au nay au Grand Institut de musique arabe de Damas en Syrie, elle étudie au Caire avec le grand maître violoniste Abdu Dagher. En Egypte, elle rencontre Fathi Salama avec qui elle joue dans les théâtres les plus prestigieux et participe à la création des groupes El dor el awal et Bakash. Naïssam développe un style unique entre Est et Ouest.

De retour en France en 2006, Naïssam rencontre le rappeur libanais Rayess Bek qu’elle accompagnera en France, en Allemagne, en Belgique, en Espagne, au Liban ou au Maroc. A partir de 2008, elle se produit régulièrement avec le joueur de oud égyptien Hazem Shaheen en Égypte, au Liban, à Malte, ou encore à l’Institut du Monde Arabe de Paris. En 2009 elle signe l’album « Aux Résistances » avec son duo Noun Ya, formation avec laquelle elle tourne en France, en Syrie, au Japon, au Liban, en Tunisie… Entre 2010 et 2011, Naïssam a l’occasion de jouer avec la crème des musiciens africains de la scène parisienne: Tony Allen, Cheikh Tidiane Seck, Kiala, Brice Wassi, Hilaire Penda, Fatoumata Diawara. Elle accompagne aussi des grands noms du jazz français et international comme Hamid Drake, Nelson Veras, Michael Blake, Hubert Dupont, ou du monde arabe tels Lena Shamamyan, macadi Nahhas, Youssef Hbeish, Khaled Aljaramani. Elle enregistre avec Abdoulaye Traore, Mohamed Diaby, Napoleon Maddox, le trio de jazz Aerophone, le groupe de rap palestinien Katibeh 5 et compose la musique de deux longs métrages. Depuis 2011, elle se produit avec son quintet Naïssam Jalal & Rhythms of Resistance dans de grandes salles parisiennes et ailleurs, et construit un répertoire à son image, libre et nomade.

 

Réservation et complément d’information ici.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :