Ustaza à Paris

L'Agenda culturel arabe – باريس عاصمة العروبة

Aziz Sahmaoui & the University of Gnawa en concert

MUSIQUE. LUNDI 8 JUIN 2015 A 20H. LE DIVAN DU MONDE (XVIIIe). 22 €. RESERVATION ICI.

aziz sahmaoui

« Nous sommes devenus serviteurs des institutions, des mauvais programmes de la télévision, des calculs financiers en collusions. »
Ces paroles d’Aziz Sahmaoui ont été écrites bien avant les évènements qui ont enflammé l’Afrique du nord, et pourtant elles reflètent bien la colère des jeunes maghrébins. Dans le Maghreb, Aziz Sahmaoui est une véritable source d’inspiration pour beaucoup de musiciens de la nouvelle génération. Au coeur de l’Orchestre National de Barbès ou aux côtés de Joe Zawinul, il n’a cessé de valoriser la musique traditionnelle maghrébine tout en étant à l’écoute des courants les plus modernes. Aziz a grandi à Marrakech où se tient le festival Ksar El Badii qui représente depuis plusieurs décennies le creuset culturel et sonore des différentes tribus du Maroc. Dès l’âge de 7 ans, son père l’y conduit et c’est là qu’il s’imprègne des musiques traditionnelles et des groupes émergents de la nouvelle scène marocaine: Nass el Ghiwane, la musique amaziria, le chaabi et plus particulièrement la musique des guérisseurs Gnaouas. Après quelques années de pratique en solo, à 14 ans, il forme son groupe, travaille le chant et les instruments à cordes et touche ses premiers cachets. Plus tard, il accompagne la diva Najat Atabou.
A la fin des années 80, à l’issue de ses études de lettres, Aziz décide de s’installer en France où il fait des rencontres parmi les plus décisives de sa carrière. Il devient l’un des fondateurs, leaders et compositeurs d’un des groupes phare des années 90 à Paris: l’Orchestre National de Barbès (ONB) avec lequel il fait découvrir aux publics et aux professionnels un nouveau style musical mêlant les rythmes maghrébins dans toute leur diversité au jazz et à la fusion. Avec l’ONB, il a sillonné les scènes du monde entier à l’occasion de concerts dans les lieux référents et prestigieux aussi bien que dans les petites salles. Le premier album de l’ONB s’est vendu à plus de 100 000 exemplaires.
Il a collaboré avec les meilleurs artistes de jazz du moment (tournées et enregistrements de disques), parmi lesquels le guitariste Nguyên Lê avec le groupe Maghreb and Friends, Michael Gibbs et le WDR (big band de la Radio de Cologne) ou le groupe de fusion Sixun.
Enfin, en 2005, Joe Zawinul invite Aziz pour l’enregistrement de son double album live « Vienna night » au Birdland de Vienne en Autriche. Il a dès lors et jusqu’à la disparition du maître en septembre 2007, été membre permanent du groupe Zawinul Syndicate.
En 2010, Aziz se produit pour une création au festival de Dahkla au Maroc où il présente son répertoire personnel pour la première fois sur une grande scène.
En 2011 Aziz enregistre son premier album solo enregistré au Studio Davout réalisé par le producteur Martin Meissonnier (Fela, Khaled, Page/Plant, Bertignac…) avec son nouveau groupe « University of Gnawa ». Le groupe est depuis composé de cinq membres en plus d’Aziz Sahmaoui : Alioune Wade (bass), Cheick Diallo (kora, claviers), Hervé Samb (guitare) Adhil Mirghani (percussions), Jon Grandcamp (calebasse). Tous les membres du groupe chantent également dans les choeurs.
L’album sorti en avril 2011 en France a reçu un accueil enthousiaste de la presse française, anglaise (voir plus loin) et japonaise puisqu’il a été choisi comme un des 5 meilleurs disques de l‘année par «Music Magazine» à Tokyo. Il est aussi au hit parade (12eme) des radios européennes en worldmusic. (2012)
Pour l’album de son nouveau groupe au nom éponyme, «University of Gnawa », Aziz Sahmaoui a écrit un répertoire personnel, en arabe, empreint de maturité : les textes des chansons évoquent la vie, les choix, les promesses ; les compositions sont faites de tradition gnaoua, de chaabi, d’Afrique et de jazz. Les Gnaoua ou Gnawa sont des musiciens thérapeutes, des guérisseurs issus d’un mélange arabo-berbère et surtout africain. Leurs rituels d’extase ont été comparés à ceux du vaudou haïtien, au Stambali tunisien, à la Macumba brésilienne, au Zar soudanais… Ils se déroulent pendant la « Lila » (« nuit sacrée » en arabe). Beaucoup des textes gnaouas évoquent les esprits. Dans chaque titre de ce répertoire, il joue du n’goni (la petite guitare malienne) là où les gnawa traditionnels ne joueraient que du Guembri (basse traditionnelle recouverte d’une peau de chèvre).
Aziz n’hésite pas à mélanger d’autres traditions comme le « Hit » du sud marocain, qui est une friction vocale entre les chanteurs pour mieux arriver à la transe.
Le single « Maktoube » (le destin) sonne comme une chanson gaie que ne renierait pas un Manu Chao, mais Aziz raconte les malheurs de Fatima dont la maison a été détruite par des soldats. «Maktoube Maktoube ? ou les soldats sont venus exprès ? (Maktoube = Destin) Maktoube Maktoube ? ou est ce juste un mot dans le dictionnaire? » Les textes d‘Aziz ne parlent pas d ‘amour et d‘eau fraîche. Ils sont un reflet de la pensée de beaucoup de jeunes maghrébins : Pourquoi le ciel ne voit pas ? Pourquoi il pleut des braises ? Qu’est ce qu’il a dieu? Est ce qu’il a trébuché?»
Sa reprise du « Black Market » de Joe Zawinul, ré-enregistré sous le nom de « Gnawa Market » surprendra plus d’un fan de Weather Report. Les mélodies entraînantes, les rythmes solides et le groove puissant, les arrangements soignés en font une musique festive et généreuse servie par des musiciens de talent. Les instruments acoustiques et amplifiés s’y côtoient avec bonheur et harmonie, et dans les morceaux traditionnels en solo, la voix chaleureuse et pacifique d’Aziz touchera les publics les plus larges. « Quand les ruelles vont-elles se calmer ? Est ce que le soleil s’est expatrié pour certaines populations ? Et les querelles des coeurs ? Ces antagonismes entre les personnes ? Pourquoi ces guerres ? »
Depuis la sortie de son album en 2011 Aziz s’est produit dans toute l‘Europe dans les plus grands festivals devant un public toujours enthousiaste : à Sinès au Portugal, au Womad en Angleterre, au festival La Merce à Barcelone, au Cosmojazz de Chamonix, au Cully Jazz en Suisse, dans le festival «Au fil des voix», quatre fois en Algérie, à Berlin, au Cabaret sauvage, Musiques métisses/Angoulème, Music Meeting/ Nijmegen/Hl, Le bout du monde / Crozon, Jazz sous les Pommiers/ Coutance, Nancy Jazz Pulsations, Festival Africolor …

En savoir plus : le site de Aziz Sahmaoui.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 26 mai 2015 par dans Agenda, Concert, Musique, et est taguée , , .
%d blogueurs aiment cette page :