Ustaza à Paris

L'Agenda culturel arabe – باريس عاصمة العروبة

Naïssam Jalal + Dorsaf Hamdani au Festival Banlieues Bleues

MUSIQUE. MERCREDI 25 MARS A 20H30. SCENE JEAN-ROGER CAUSSIMON, L’ODEON (TREMBLAY-EN-FRANCE, SEINE-SAINT-DENIS). 10/12/16€. RESERVATION ICI. ACCES LA.

NAÏSSAM JALAL & RHYTHMS OF RESISTANCE

naissam jalal

France, Syrie, Maroc, Allemagne, Hongrie, Suède / Ode au métissage, le quintette de cette flûtiste franco-syrienne tisse une transe d’une intensité rare. Une manière de répondre à la dislocation du monde par l’unification musicale.

Sonnant parfois comme un cousin du Magic Malik Orchestra, Naïssam Jalal & Rhythms of Resistance déploie un groove serein fait de pleins et de déliés. Entre crescendos dignes de John Coltrane et plages de transe organique à la Don Cherry, le quintette est à l’image de sa flûtiste en chef : métissé. Car Naïssam Jalal n’est pas du genre sédentaire. De Damas à Paris en passant par le Caire, la Franco-Syrienne a multiplié les fugues musicales avec Tarace Boulba, Napoleon Maddox, Tony Allen ou le joueur de oud Hazem Shaheen. En chemin, elle s’est créée un fan-club cinq étoiles : l’homme de radio Rémy Kolpa Kopoul lui a même trouvé un surnom, « The Lady Flute on the Groove ».

NAÏSSAM JALAL flûte, ney, compositions, MEHDI CHAÏB saxophone ténor et soprano, percussions, KARSTEN HOCHAPFEL guitare et violoncelle, MATYAS SZANDAI contrebasse, JOE QUITZKE batterie, percussions.

DORSAF HAMDANI BARBARA – FAIROUZ

Dorsaf Hamdani 4 - Credits Brounch

Tunisie, France, Palestine / C’est à la rencontre de deux grandes dames du monde de la musique, deux âmes « cousines » au-delà des apparences, que nous convie la chanteuse tunisienne.

Pas facile d’endosser le long costume noir de Barbara ; pas simple d’enfiler la tenue de soirée de Fairouz. Dorsaf Hamdani choisit ni plus ni plus moins d’associer deux icônes, l’une de la chanson française et l’autre du Moyen-Orient, en un seul tour de chant. L’exercice pourrait surprendre, mais l’interprétation, balayant les points d’interrogation, sonne comme une évidence. Soutenue par l’accordéoniste Daniel Mille à la direction musicale, elle parvient à allier le texte originel et son esprit, un respect de la tradition et un doux vent de rénovation, tout comme les cordes du violon se mêlent à celles du oud. Un étonnant voyage pour un beau mariage qui se termine entre « Jérusalem » et « Göttingen ».

DORSAF HAMDANI chant, DANIEL MILLE direction musicale, accordéon, LUCIEN ZERRAD arrangements, guitare, oud, ZIED ZOUARI violon, YOUSEF ZAYED percussions, oud.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :