Ustaza à Paris

L'Agenda culturel arabe – باريس عاصمة العروبة

Ustaza vous raconte…la Paris Fashion Week

Difficile de ne pas avoir remarqué cette semaine un frémissement dans la capitale, et, si vous êtes passé(e) par le centre, des individus aux looks plus ou moins réussis, pointus ou décalés, incongrus, parfois loufoques, coups de génie ou carrément ratés. Semaine de la mode oblige, des milliers de professionnels ou passionnés se sont amassés dans les plus beaux sites de la ville pour assister aux défilés des collections de prêt-à-porter pour la saison printemps-été 2015.

Evidemment, c’est du côté de la Méditerranée que je me suis tournée ; Rabih (Kayrouz), Elie (Saab), Ustaza arrive !

Maison Rabih Kayrouz :

La grand-messe a eu lieu dimanche après-midi, dans les cathédrales souterraines du Palais de Tokyo. Petit à petit les invités -triés sur le volet- arrivent : acheteurs, presse généraliste et spécialisée, personnalités du monde de la mode, personnalités tout court, proches du plus Parisien des couturiers libanais…et la Ministre de la Culture française, qui se glisse rapidement dans la salle.

Une fois tout ce beau monde installé, le show commence au son d’une musique tonitruante -généralement une constante des défilés, ici « Gangsta’s Paradise« – qui en fait sursauter plus d’un.

Et pendant une quinzaine de minutes, c’est l’ADN artistique même de la maison qui se décline : les hauts aux cols ronds faussement sages tranchent avec pantalons et jupes à étages, et les coloris néons (carmin, cyan) alternent avec des tons plus doux (du crème au gris souris et au charbon). Rabih Kayrouz travaille le plus souvent directement sur mannequin, et cela se voit : ses créations sont une ode au volume soigneusement pensé, un ensemble de lignes franches et simples qui semblent s’emboîter l’une dans l’autre, comme assemblées par magie.

A retenir cette saison : le vinyle mastic ou anthracite décliné en top bustier, jupe ou pantalon bouffant, les pastilles rondes, en dentelle, en résille, en satin ajouré qui s’invitent au gré des modèles, ainsi qu’un imprimé de grosses roses rouges gansé de lignes noires qui dessinent une fausse armature. Le tout fermement, et agrémenté ci et là comme toujours de belles créations en popeline d’un blanc immaculé.

Pour certains cependant, le clou du spectacle restera cette diaphane abaya en mousseline de soie imprimée, qui enveloppe entièrement le corps d’une ombre translucide. Chez la marque à la grenade, la recette est explosive ; on ne montre rien, mais on dévoile tout, qui à faire tourner les têtes…

Elie Saab :

Pour la dernière ligne droite de la Fashion Week, Elie Saab a sorti le grand jeu dans l’espace éphémère du Jardin des Tuileries devant lequel attendent plus ou moins patiemment -en plus des habitués- starlettes, oiseaux de nuits cosmopolites et acheteurs du Golfe. A l’intérieur, on prend connaissance de sa place progressivement -ce qui occasionne de sempiternelles batailles d’ego pour quelques centimètres de banquette-, et une fois les crépitements des flashs dissipés (certains reconnaîtront des actrices en vue, ou encore la chanteuse Elissa) une lumière d’abysses se fait et le bruit des vagues envahit le chapiteau.

C’est que Elie Saab a imaginé une collection maritime, une invitation au large…Ce que l’on traduira selon les codes de la maison par « Le Monde de Nemo » .vs. « Cocktail-party au Negresco » : le bleu curaçao, le vert Get 27 ou encore les déclinaisons chromatiques d’un Sex on the Beach flirtent avec des motifs ajourés rehaussés de strass évoquant l’écume et des imprimés aquatiques psychédéliques.

Une fois encore, le style du couturier est reconnaissable entre tous : du très long ou du très court, du brillant, de la dentelle, et une séduction affirmée, tout en décolletés plongeants et en fendus saisissants. Au final, le parti pris de ruban gros grain bicolore contrastant avec l’imprimé surchargé de certaines tenues permet un équilibre tonique et définitivement estival. Mention également aux combinaisons (shorts et pantalons) en jersey et appliqués de Chantilly, qui esquissent un style à la fois chic et décontracté.

La présentation de la nouvelle collection prêt-à-porter d’Elie Saab (on attend la haute-couture avec impatience) a également été l’occasion de rencontrer Fahad El Marzouq, créateur d’accessoires de mode koweïtien dont vous pouvez retrouvez quelques modèles ci-dessous. J’aimerais beaucoup vous entretenir de la place particulière qu’occupe le Koweït à de nombreux égards vis-à-vis des autres pays du Golfe, mais cela sera pour une prochaine fois car vous avez sûrement dû avoir votre dose de mode pour la journée…

Message aux fashionista/os : Hé vous (oui, vous qui avez arpenté paniquée les couloirs de métro en talons-plateforme de 25 cm, jupe crayon serrée, voilette-cage et veste étriquée, vous qui m’avez broyé les orteils dans la foule, vous qui avez pris des poses de diva dans les endroits les plus incongrus -top le SDF qui avait l’air d’avoir pitié de vous-, vous qui avez ratissé toutes les feuilles mortes du Jardin des Tuileries avec votre robe trop longue, vous qui avez perdu la moitié de votre veste en plumes rouge pétard lorsqu’elle s’est coincée dans une porte, vous qui avez fait semblant d’être mondialement connu pour gruger la sécurité et entrer en backstage, vous qui avez fait un scandale alors que vous n’aviez pas d’invitation, vous enfin qui vous êtes, fringuant et pomponné, curé le nez sans réaliser que vous étiez dans le champ des caméras), merci d’avoir, entre grâce et burlesque, amené un peu de couleur et d’originalité dans notre quotidien. Sans rancune, et à l’année prochaine !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 1 octobre 2014 par dans Magazine, Sonar, et est taguée , , , , , , , , , , , , .
%d blogueurs aiment cette page :